Avec sa création, la Porte Océane du Limousin a décidé de mettre en place un Vice-Président chargé de la stratégie territoriale. Il s’agit en effet pour le nouveau territoire de penser son développement à l’échelle de la réorganisation territoriale engagée.

Nouvelles grandes régions qui auront des leviers d’action beaucoup plus importants et s’imposant au territoire, loi spécifique pour conforter les métropoles… Dans ces nouvelles logiques institutionnelles où notre département ne représente plus que 6,5 % de la Nouvelle-Aquitaine avec ses 5,8 millions d’habitants, il est apparu nécessaire aux élus de la POL de penser autrement les territoires ruraux et leur développement.

Les enjeux sont simples : comment, pour notre territoire rural, peser à l’échelle d’une grande région ? comment conserver une autonomie de développement ? comment éviter le glissement du développement des métropoles ? comment, au contraire, faire la démonstration, dans ce monde « du tout urbain » que les territoires ruraux sont une chance pour le développement global ?

Deux réponses sont apportées à ces enjeux : penser stratégiquement le territoire dans son bassin de vie en organisant une sorte d’ « association d’intercommunalités », partageant notre bassin de vie ; penser stratégiquement le territoire en mettant sur la table l’ensemble des projets communaux et intercommunaux pour mettre en avant leur cohérence et leur complémentarité ; soutenir à l’échelle intercommunale les communes pour qu’elles puissent conserver et contrôler leur droit des sols.

La première réponse prend la forme d’un SCOT (Schéma de cohérence territoriale) ; la seconde prend la forme d’un contrat de ruralité ; la troisième prendre la forme du service intercommunal de droit des sols au service des communes.

Le SCOT : penser notre territoire dans son bassin de vie

Agir ensemble pour les communes et le territoire : le contrat de ruralité

L’urbanisme : le droit des sols aux communes, le soutien intercommunal