repartiteur

Aménagement du territoire

Aujourd’hui, l’accès internet sur tout un territoire représente un facteur d’attractivité ou au contraire un facteur repoussoir. L’enjeu est de taille pour les territoires ruraux… D’autant plus que si dans les Métropoles ce sont les opérateurs privés qui font les investissements, dans les zones rurales, ce sont aux acteurs publics de répondre à la carence de ces opérateurs.

carte-haut-debit

Le plan « Internet pour tous » : 2014-2020

Avant même leur fusion au 1er janvier 2016, les intercommunalités Vienne-Glane et Pays de La Météorite ont engagé une action commune pour proposer un territoire 100 % haut-débit d’ici à 2020. La POL a repris à son compte intégralement ce projet fondamental pour l’attractivité du territoire et les besoins, désormais quotidiens, des habitants. Entre  2017 et 2018, ce sont 2708 lignes qui vont bénéficier d’un débit internet de 8 mégas minimum. Ce sont donc autant de familles et d’entreprises locales qui vont aussi pouvoir profiter de nouveaux services.

 

La phase-pilote : 1944 lignes ouvertes au haut-débit fin 2016-début 2017

Sur 8 communes du territoire (Chaillac-sur-Vienne, Javerdat, Oradour/Glane, Rochechouart, Saint-Brice, Saint-Junien, Saint-Martin, Les Salles-Lavauguyon), ce sont 1944 lignes qui vont être ouvertes au triple-play (internet, téléphonie, télévision).

Investissement : 1,5 millions dont 300 000 par la Porte Océane du Limousin

Plus d’infos : téléchargez  le document référence sur les zones impactées

 

La phase-1 : 764 lignes ouvertes au haut-débit fin 2017-début 2018

Les communes de Rochechouart, Saint-Junien, Saint-Victurnien et Videix sont concernées par cette seconde vague de montée en débit, permettant aussi aux foyers concernés de bénéficier du triple-play.

Investissement : 500 000 euros dont 100 000 euros de la Porte Océane du Limousin

 

S’engager pour les « lignes isolées »

2708 lignes vont bénéficier d’un débit internet supérieur à 8 mégas. Il restera cependant à traiter le cas des villages trop éloignés des sous-répartiteurs pour profiter de la montée en débit.

L’enjeu est de répondre à la situation de ces sites isolés d’ici à 2020, par la technologie la plus appropriée.